Journal C'est à Dire 243 - Mai 2018

Journal C'est à Dire 243 - Mai 2018

L’ amende reste en tra- vers la gorge de Jonathan Muller, 28 ans, verbalisé le 18 avril comme quatre autres personnes pour avoir franchi les voies de la ligne de chemin de fer Morteau-La Chaux-de-Fonds entre le Champ- de-foire et la future salle des fêtes. Il voulait se rendre sur le skate-parc situé de l’autre côté des rails comme il le fait depuis 13 ans mais des agents de la Police ferroviaire l’ont intercepté. La loi est dure, mais c’est la loi. Pourtant, aucun panneau inter- disant la traversée des piétons ne le stipule. Le grillage à ce niveau-là est d’ailleurs absent. Dépité, Jonathan a contesté cet- te “prune” qui lui paraît déme- surée. Le jeune a des arguments : “Pourquoi moi alors que dans le même temps, plusieurs personnes sont passées et personne ne leur a rien dit ? C’est discrimina- toire. En plus, c’était un jour de grève, il n’y avait pas de train et ce passage, on l’utilise depuis toujours et personne ne nous a jamais rien dit” commente le passionné de skate qui entre- tient et nettoie l’espace avec des amis. Un autre jeune homme, lycéen, a également été verba- lisé. Il n’avait pas les 150 euros sur lui. Parti chez ses parents, il est revenu avec la somme pour la remettre aux agents… qui lui ont dit que ce n’était plus 150 mais 200 euros car il n’était plus dans les temps… Félix, témoin de la scène commente : “Nous avons discuté 30 minutes avec les agents pour comprendre pour- quoi ils ont verbalisé notre ami et pas tous les autres. C’est une profonde injustice. Pourquoi n’ont-ils pas fait de la préven- tion avec tout le monde ?” dit Félix qui a eu droit à simple rap- pel à l’ordre. Les contrevenants reçoivent le soutien de Patrice Gaume, un Mortuacien : “Voilà 48 ans que je traverse ses voies. Regardez le nombre de personnes qui pas- sent ici chaque jour, entre celles qui vont promener leur chien au bord du Doubs, les parents qui emmènent leurs enfants au gym- nase, ceux qui vont au skate-parc. Là, ils s’en sont pris à eux par- ce qu’ils étaient jeunes…Moi, ils m’ont prévenu que si je traversais, j’étais amen- dable. Pourquoi n’ont- ils pas fait de même avec eux ?” indique celui qui est aussi gar- de-pêche à la Gaule mortua- cienne. Il demande : “Va-t-on alors verbaliser tous les pêcheurs qui traversent les voies ?” inter- roge-t-il. L’association “La Gym Évolution” demande aux parents d’enfants venant au gymnase de ne pas traverser les voies. Le sentiment d’injustice face à ces amendes est d’autant plus criant que les gens du voyage ont (quelques jours plus tôt) creu- sé sous les rails pour se brancher au poste élec- trique de la S.N.C.F. et du gymnase de l’Évo- lution. Ils ont d’ailleurs détérioré le poste élec- trique du gymnase et celui de la S.N.C.F. laissé ouvert aux quatre vents. Bizarrement, eux n’ont pas été inquiétés ! Solli- citée, la Police ferroviaire n’a pas souhaité nous répondre. n E.Ch. V A L D E M O R T E A U Des amendes à 150 euros qui font polémique Morteau Plusieurs personnes ont été verbalisées par la Police fer- roviaire pour avoir traversé les rails entre le Champ-de- foire et la future salle des fêtes. C’est interdit mais le passage est utilisé depuis belle lurette par les Mor- tuaciens. Jonathan, verbalisé comme d’autres personnes pour avoir traversé les rails à Morteau, a contesté l’amende. 4 B t tou es onne fête les mam ! àans r a n o i t a c D é J e i r e l a m i n n i d A e é p u o c r s s u e l F erie - Plant t tion - Fleuris aor din - Déc Jar e - Animalerie épinièr érieur - P xte es d’ Les gens du voyage ont détérioré les postes électriques… mais eux n’ont pas été inquiétés. Pris en flagrant délit… (un autre jour). Verbalisés un jour de grève du rail. La mairie va remplacer le grillage L a mairie a eu connaissance de ces verbalisations. Elle rappelle qu’elle n’a aucun pouvoir sur la S.N.C.F. et qu’il est interdit de traverser les voies mais concède par la voix de son maire “que le timing des verbalisations (en pleine pério- de de grève) n’était peut-être pas le bon” convient Cédric Bôle. Le seul passage autori- sé sur les voies est celui proche de la Serac. Pour autant, les projets muni- cipaux de l’autre côté du rail liés à la création d’un terrain multisports vont conduire les personnes à franchir encore plus régulièrement les voies. Y aura-t-il un passage via une passerelle ? “Rien n’est acté. Nous avons engagé une réflexion dans à plus long ter- me. À plus court terme, nous allons remplacer le grillage et mettre des barrières à cet endroit” indique la Ville. n

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEwNjg=