Journal C'est à Dire 238 - Décembre 2017

A G E N D A 50 P rès de 1 500 aficiona- dos répondent désor- mais présents pour ce rendez-vous qui marque le début de l’année culturelle à Morteau. Le succès ne se dément pas et la programmation concoc- tée par le service culturel de la Ville, sous la houlette de Céli- ne Chatelain, y est évidemment pour beaucoup. La notoriété du festival mortuacien dépasse désormais largement les fron- tières régionales. Trois compagnies de renom se partageront la scène du Théâtre de Morteau durant trois jours. Première à entrer en scène jeu- di 11 janvier : la compagnie Mas- sala avec son spectacle “Tran- se” (20 h 30). Une pièce où la recherche d’harmonie entre les êtres et la création d’un col- lectif homogène sont des constantes. Les individus tour- nent en rond pour mieux se retrouver, dans un même temps, un même univers, savourant le plaisir du mouvement continu, infini et irrémédiablement gré- gaire, une quête de l’équilibre. La poésie de Mahmoud Darwi- ch récitée en langue arabe sur scène retentit comme une révol- te des mots face aux bavardages du mouvement. La musique, répétitive et hypnotique, entraî- ne les danseurs vers un état de corps poussé à son extrême, figés ou se débattant avec vigueur comme une folle envie de défier le monde, basculant ainsi d’une transe incontrôlée à un senti- ment d’exaltation. Vendredi 12 janvier, c’est au tour de la compagnie De Fakto d’em- mener le spectateur dans son univers, avec la pièce “Un petit pas de deux sur ses pas”, tou- jours à 20 h 30. Sur une idée incroyablement astucieuse, la joie de vivre d’un grand comique renaît. Un couple de danseurs auditionnés par Bourvil bondit du Hip-Hop à la valse, du tango à la breakdance pour revi- siter avec talent son répertoire. Ces deux interprètes nous plon- gent dans une jolie peti- te histoire comme un doux refrain permanent où le rire et l’émotion prennent place magnifiquement aux côtés d’André Raimbourg. “La Com- pagnie De Fakto propose un lan- gage dansé où le travail sur le mouvement et la performance vont de pair avec un goût pour l’expression des sentiments, la théâtralité et le mime” commente le service culturel. Samedi 13, place à la troisième compagnie, Pyramid, qui pré- sente “Index” à 19 h 30. Pyra- mid propose un spectacle bur- lesque mêlant danse hip-hop, mime et détournement d’objets. Teinté de moments poétiques et de petites touches narratives pleines d’humour et de dérision, le travail de la compa- gnie s’inscrit toujours dans une recherche d’esthétique et d’in- teraction entre corps et décor. Dans un salon où trône une grande bibliothèque, nos cinq protagonistes vont se rencon- trer, se confronter et s’inter- roger avec malice sur la place du livre dans leur quotidien. La clôture du festival se fera avec un battle international à 21 heures le samedi. Durant chaque battle, des danseurs pré- sélectionnés avant la compé- tition s’affronteront jusqu’à la finale. Ambiance festive garan- tie ! L’histoire entre le hip-hop et la ville de Morteau a commencé en 1999 avec l’accueil de plu- sieurs troupes pour différents spectacles de danse hip-hop, notamment la Compagnie Accrorap dirigée par Kader Attou qui était basée à Besan- çon. L’expérience s’est répétée et s’est pérennisée pour deve- nir un festival de 3 jours dédié à la danse hip-hop et pour mon- trer que cette culture va au cela des frontières chorégraphique et identitaire. n J.-F.H. Laissez-vous emporter par le souffle hip-hop Morteau La 14 ème édition du festival de danse “Un vent de Hip-Hop sur Morteau” aura lieu du jeudi 11 au samedi 13 janvier prochains au Théâtre de Morteau. Trois compagnies entreront en scène : Massala, De Fakto et Pyramid. Transe - Massala 09 (photo S. Andreani). L’histoire entre le hip-hop et Morteau a commencé en 1999. Index (photo N.K. Photographie). 14 ème festival Un vent de hip-hop sur Morteau 11, 12 et 13 janvier - Théâtre de Morteau Renseignements au 03 81 67 18 53

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEwNjg=