Journal C'est à Dire 236 - Octobre 2017

L es comédiens de cette joyeuse troupe sont entou- rés de toute une équipe de bénévoles, une petite dizaine, afin de mener à bien ce projet. Les décorateurs sont à pied d’œuvre depuis quelques semaines, le rythme des répé- titions s’accélère… “et toute la troupe a hâte de vous faire rire” notent les comédiens amateurs. “Chaque année, nous avons plai- sir à jouer et à faire passer un agréable moment de détente et de rigolade à notre public” décla- re la présidente Julie Querard. Comme chaque fois, une comé- die a été choisie pour convenir à tous publics, surtout familial. Un réel engouement se fait sen- tir au fur et à mesure des années pour cette petite troupe qui s’en- gage également auprès d’une autre association locale qui leur tient très à cœur “C.A.P. Cancer Accompagnement Projet” en lui reversant une partie des béné- fices de l’ensemble de leurs repré- sentations. “Je ne lui ai pas encore tout dit” est une comédie qui s’enchaîne a un rythme effréné. Frédéric, Emmanuelle, Sophie, Cédric, Aurélien et Julie sous l’égide d’Annie la metteuse en scene, sont à prêts à 100 % ! n A G E N D A 50 J ean-Marie Pobelle a tou- jours défendu avec fer- veur l’agriculture et la filière comté. Il nous donne l’occasion de prendre la mesure de son engagement pour cette économie locale qu’il a contribué à construire, dans son livre “Transmettre le fer- ment, notre défi sociétal”. À 75 ans, l’agriculteur en retrai- te qui fut aussi maire de Loray, conseiller général du canton de Pierrefontaine et président de la chambre d’agriculture du Doubs et du Crédit Agricole de Franche-Comté s’appuie sur son expérience de terrain pour mettre en garde les nouvelles générations d’agriculteurs sur les risques encourus par la filiè- re comté si chacun de ses acteurs n’apporte pas la plus grande attention à la préser- ver. Rien n’est acquis ! Pour l’expliquer, Jean-Marie Pobelle prend l’exemple de l’em- mental, dont la production s’est effondrée en vingt ans, alors qu’en 1985 elle était supérieure à celle du comté (40 000 tonnes contre 37 084 tonnes). “Elle est estimée aujourd’hui à moins de 4 615 tonnes en grand cru pour 10 584 tonnes au total” , c’est cinq fois moins que le com- té ! “Cette disparition d’un pro- duit intéressant s’explique par deux raisons.” La première : “Ce produit n’a pas été proté- gé par sa structure interpro- fessionnelle” , à l’inverse du com- té qui a “conforté son assise.” La seconde raison est struc- turelle, “car les éleveurs ont abandonné la coopération de transformation, celle de l’affi- nage et de la vente à la dis- tribution.” Au contraire de cel- le de l’emmental, la filière com- té s’est renforcée au fil du temps avec une organisation structurée autour des valeurs coopératives. “Nous avons réus- si ce que l’emmental n’a pas su faire.” Le livre nous apprend que cet- te filière est composée de 4 600 établissements procurant 13 500 emplois directs dont 5 000 salariés. Elle est donc un pilier de l’économie franc-com- toise agroalimentaire. “Je pen- se qu’on ne mesure pas le poids de l’agriculture sur notre ter- ritoire” s’inquiète Jean-Marie Pobelle. Il nous invite à ne pas perdre de vue ces chiffres. S’il témoigne aujourd’hui, c’est pour transmettre la “culture comté” aux jeunes agriculteurs qui ne l’ont pas vécue et qui ont main- tenant à faire fructifier l’héri- tage de leurs pairs. “Ma crain- te est que des jeunes agricul- teurs veuillent sortir du cahier des charges du comté qui est structuré. S’ils ne respectent pas les fondamentaux, le com- té deviendra “la piquette du Midi”. L’autre danger, c’est que les fermes deviennent trop grosses, et que cela finisse par conduire à l’industrialisation de la production” prévient Jean- Marie Pobelle. L’ancien agriculteur a mis trois années à écrire ce livre, à col- lecter des données. En racon- tant les grandes étapes de l’his- toire de la filière comté, les tours de force qu’il a fallu réa- liser pour la structurer, l’au- teur espère contribuer à sen- sibiliser les jeunes agriculteurs à la responsabilité qu’ils ont à porter cette filière exception- nelle dans le paysage froma- ger français. Ce sont d’autres défis qui les attendent. n Loray Jean-Marie Pobelle transmet l’héritage du comté Acteur engagé dans la défense l’agriculture et du territoire, Jean-Marie Pobelle publie un livre dans lequel il pointe du doigt les défis qui attendent les nou- velles générations pour assurer, entre autres, la péren- nité de la filière comté. Jean-Marie Pobelle a mis trois ans à écrire ce livre. “Transmettre le ferment, notre défi sociétal, l’histoire d’un engagement” par Jean-Marie Pobelle Prix 15 euros - Tél. : 03 81 43 20 01 Théâtre Les Zarpettes font leur show Voici six mois que les six acteurs de la troupe théâtrale “les Zarpettes” sont en répétition pour présenter leur pièce “Je ne lui ai pas encore tout dit” de Patricia Haube. Théâtre avec les Zarpettes Samedi 4 à 20 h 30 et dimanche 5 novembre à 16 h à la salle des fêtes de Noël-Cerneux Samedi 11 novembre à 20 h 30 et dimanche 12 novembre à 16 hs au cinéma de Maîche Info : page Facebook “troupe théâtrale les Zarpettes” La bonne humeur, maître-mot de la troupe les Zarpettes.

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEwNjg=