Journal C'est à Dire 236 - Octobre 2017

46 Artisanat C’ est à L’Isle (à 20 km de Vallorbe), dans le garage de ses parents, que les skis Woodspirit prennent vie. Ici que Lucas Bessard puise son inspi- ration, colle les lattes de frêne en prenant garde au veinage du bois, profile et rabote le noyau et personnalise enfin l’envelop- pe avec un placage en bois pour garder l’as- pect nature. Il a une centaine de paires à son actif, dont une quarantaine ont déjà été vendues. Depuis 2016 et le lancement de sa marque de ski sur mesure, le jeune Suisse pas- se à l’étape supérieure et espè- re migrer dans un atelier plus grand. Il a lancé un financement participatif pour récolter des fonds. Rien ne prédestinait le jeune Vaudois né au pied du massif jurassien à l’univers du ski mis à part son amour pour le ski et son côté bricoleur. Titulaire d’une formation en agroali- mentaire obtenue à Sion, Lucas a rejoint un temps la fromage- rie familiale pour épauler son père dans la fabrication de gruyère A.O.P. et autres spé- cialités avant de prendre un ce virage à 90 degrés. “Mes parents étaient plutôt sceptiques que je me lance dans cette entre- prise. Ils ont payé mes études… Aujourd’hui, ils voient que je suis heureux dans ce que je fais” précise Lucas. Ces parents voient aus- si que la “petite” entre- prise fonctionne. Les skis sont épurés et design. Un freerider suisse de renom (Nicolas Falquet) l’a pris sous son aile. Lucas a fait son choix : il va développer sa marque avec ce souhait de relier la nature et la forêt à la glisse et au ski. Le prix de son maté- riel varie. Le tarif de base est de 1 600 francs suisses (sans les fixations). Chacun peut per- sonnaliser sa paire de lattes avec de la marqueterie, un panora- ma de sommets, un logo. Tout est possible. Le Vaudois travaille différentes essences (noyer, meri- sier, érable, châtaignier) pour proposer des skis uniques et se rapprocher encore plus de la philosophie de son entreprise, où le choix des matériaux éco- logiques et authentiques est le leitmotiv . Contrairement aux lattes industrielles, la couche supérieure n’est pas composée de plastique mais d’un fin pla- cage en bois. Seule partie sous- traitée par le jeune entrepre- neur : le processus laser. Il sou- haite investir dans ce domai- ne afin de gagner en réactivité. Lucas n’a pas encore eu le temps de concevoir sa propre paire de ski… qu’il testera peut-être un jour sur les pentes du Mont d’Or, là où il skiait étant jeune. n Ses skis en bois de pays… Lucas Bessard (27 ans) habite à L’Isle, non loin de la Vallée de Joux. Il a quitté ses études en agroalimentaire pour concevoir et dévelop- per des skis fabriqués de ses mains. En autodidacte. Lucas Bessard et ses skis en bois conçus et fabriqués de A à Z par le jeune suisse (photo S. Gabioud - La Région Nord Vaudois). En bref… l Lavage Le centre Éléphant Bleu de Morteau est désormais équi- pé de deux portiques couverts, ce qui offre plusieurs avantages pour les automobilistes : uti- lisation par tous les temps, nui- sance sonore réduite et garan- tie de résultats optimaux tout au long de l’année. “L’installa- tion de portiques couverts nous permet de proposer un servi- ce optimal à nos clients même en plein hiver. Des salles d’at- tente chauffées sont à dispo- sition pour patienter le temps du lavage. De plus, nous avons intégré une finition lave-châs- sis pour lutter contre les désa- gréments du sel sur les routes” , précise le responsable du centre Éléphant Bleu de Mor- teau. l Poèmes Originaire du Val de Morteau, Doris Rognon vient de publier un recueil de poèmes intitulé “Rimes autour de mes pen- sées”. Édité aux éditions Édi- livre, ce livre de 130 pages aux poèmes tantôt joyeux, tantôt mélancoliques est également disponible en consultation et en prêt à la médiathèque Roland-Bouhéret de Morteau. 1 600 francs suisses la paire. L A P A G E D U F R O N T A L I E R L a nuit commence à tom- ber sur l’un des stades d’entraînement d’Yver- don Sport, au bord du lac de Neuchâtel. En attendant le début de la séance d’entraî- nement, cinq footballeurs se lancent un défi : donner le plus d’effet au ballon pour qu’il rentre dans le but depuis le poteau de corner. Pas simple. Parmi ces silhouettes, on aperçoit la cri- nière blonde peroxydée de Dji- bril Cissé, qui se débrouille plu- tôt bien à ce jeu improvisé ! Sou- rire aux lèvres, le jeune retrai- té (re)devenu footballeur depuis septembre chambre ses coéqui- piers. Âgé de 36 ans, le vainqueur de la Ligue des champions avec Liverpool (2005), 41 sélections en équipe de France, formé à Auxerre, passé par l’O.M., a repris le fil de sa longue et tor- tueuse carrière en Troisième division suisse. Il semble rayon- ner… à l’image du club, promu, actuellement 3 ème du championnat qui sor- tait d’une victoire face à La Chaux-de-Fonds où Cissé a marqué et offert deux passes décisives (3-1). L’at- taquant, disponible pour répondre à nos questions, est- il venu pour l’argent ? “Si c’était pour l’argent, je ne serai pas là (rires). J’avais envie de rejouer au foot et Yverdon Sport m’a donné la possibilité. Je l’ai annoncé en France : il n’y a pas eu de réponse. Le projet et l’af- fectif avec le président ont fait le reste (ils se sont rencontrés à une soirée commune organi- sée par un ami de Djibril). Il y a eu un bon feeling” explique-t- il, assis au restaurant-bar du club. Trois sponsors assurent le paie- ment de son salaire. Une voi- ture (de luxe) lui a été mise à disposition mais Cissé, qui habi- te Lausanne avec sa famille, ne s’est pas rendu à l’en- traînement avec celle-ci le jour de notre venue. L’homme n’a pas la gros- se tête. Il est loin de l’image nonchalante observée un temps sur les ter- rains. Confirmation de la ser- veuse : “Djibril, c’est vraiment quelqu’un de sympa.” Et confir- mation du coach Anthony Brai- zat, Français lui aussi : “Djibril est intégré, apprécié. Avant d’être un joueur de foot, c’est un être humain. Il est rentré dans le groupe facilement. Il fallait lui redonner l’envie de faire des efforts, de se faire mal” dit-il. Djibril y arrive. Depuis quelques jours, il pèse sur les défenses comme le confirme Christophe Caschili, Mortuacien d’origine, entraîneur de La Chaux-de- Fonds : “Il a fait peur à nos défenseurs… J’ai du respect pour le joueur. Il a été exemplaire sur le terrain face à nous. Il a pris le temps de signer des auto- graphes. D’habitude, nous avons 500 spectateurs. Là, nous étions 1 000 !” Cissé a gardé son numéro 9. C’est un excellent coup pour Yverdon. L’attaquant a goûté au gruyère local… et commen- ce à comprendre les expressions suisses. Surtout, il se sent mieux physiquement, lui qui n’a pas été épargné par les blessures. “Tant que je peux m’entraîner tous les jours, c’est une victoi- re quotidienne, dit-il. Je veux faire une belle saison. Après on verra.” Le Français, qui n’est pas un frontalier, est adopté. n E.Ch. Football Djibril Cissé fait le bonheur du club d’Yverdon Après deux années sans jouer et la pose d’une pro- thèse de hanche, l’ex-footballeur international fran- çais a retrouvé les terrains. À Yverdon, en troisiè- me division suisse. Rencontre. “Ce n’est pas pour l’argent.” Djibril Cissé a retrouvé les terrains avec le club d’Yver- don Sport. L’ancien international français est disponible et détendu.

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEwNjg=