Journal C'est à Dire 235 - Septembre 2017

M ontlebon qui comp- tera bientôt plus 2 100 habitants abrite aujourd’hui trente associations. Consé- quence de cette dynamique : un manque d’espace se fait sen- tir pour faciliter le bon dérou- lement et l’évolution de toutes ces activités sportives, ludiques, culturelles… “Ce problème n’est pas nouveau. La réflexion a été engagée sous le mandat précé- dent dans l’équipe de Christophe André dont je faisais partie. Il s’agissait de réhabiliter une par- tie du couvent qui n’était plus utilisée. L’enjeu consistait à entreprendre de lourds travaux tout en préservant le cadre archi- tectural de ce bâtiment qui fait l’objet d’une protection aux monuments historiques” , rap- pelle Catherine Rognon le mai- re de Montlebon. Une nouvelle vie pour ce site dont l’origine remonte à 1624 à la création du très austère ordre des Minimes. Ces moines occupèrent le site jusqu’en 1792 puis il fut transformé en pri- son pendant la Révolution avant d’accueillir la maison commu- ne, l’école puis le presbytère. C’est désormais un bâtiment polyvalent. L’église a été complè- tement refaite à par- tir de 1978. L’aile nord du couvent où se trouve main- tenant la mairie a fait l’objet d’une lourde rénovation dans les années quatre-vingt-dix. Le dernier chantier concernait l’aménagement du parvis exté- rieur finalisé en 2006. Chaque chose en son temps donc. “On a entrepris de rénover l’aile Est de l’ancien couvent.” Les travaux ont débuté en 2015. Le promenoir de l’aile nord a ainsi été prolongé dans l’aile sud. Il dessert la salle des élus, la salle des sociétés, la salle du conseil ainsi qu’un local dédié aux archives municipales. Toutes les boiseries de la sal- le du conseil ont été restaurées à l’identique dans le respect des préconisations des monuments classés. “On a aussi installé un ascenseur permettant aux per- sonnes à mobilité réduite d’ac- céder aux niveaux supérieurs.” Au premier étage, plusieurs salles de réunion toutes neuves sont mises à disposition du tissu associatif. Tout comme la salle des Jar- dins qui offre une capa- cité d’accueil de 80 places. Une autre salle, celle des Minimes, est dédiée aux répétitions et cours de musique. Chorales et sociétés musicales bénéficient avec la salle du Chœur d’un espace commun. “Sachant que le nombre de salles est limité, on travaille beaucoup sur la mutualisation avec des pièces équipées de nombreux placards où chacun peut stoc- ker le matériel dont il a besoin. À noter aussi la présence d’un espace de convivialité pour favo- riser les rencontres et les échanges.” Le projet inclut l’amé- nagement des combles au second niveau avec des espaces de stockage supplémentaires. Le montant global des travaux s’élève à 1,284 million d’euros hors taxes avec des aides du Département (8 %), de l’État F.N.A.D.T. (9 %) et de la Fon- dation Patrimoine Crédit Agri- cole pour 5 000 euros. “Il nous restera encore à restaurer à plus ou moins long terme toute l’ai- le sud qui offre un beau poten- tiel de surfaces pour l’instant inutilisées.” n F.C. L’aile Est du cloître restaurée de fond en comble Montlebon Les nouveaux espaces inaugurés le 9 septembre favorisent la dynamique associative et valorisent une partie de l’ancien couvent des Minimes, fleuron du patrimoine belmontois. I ls s’y voient déjà les pom- piers de Morteau. Dans l’immense garage dont la toiture est en cours de réa- lisation, 5 poids lourds seront garés côte à côte, les 3 véhicules d’ambulance stationnés dans un autre sas seront prêts à par- tir à la moindre alerte, une tour d’exercice sera mise à leur dis- position. En avril 2018, les 65 pompiers de Morteau dont 15 femmes (et 20 jeunes sapeurs pompiers volontaires) auront quitté le lieu historique, rue de la Gla- piney à Morteau, pour une caserne flambant neuve rue Fontaine-l’Épine, vers la zone commerciale de Morteau. Per- sonne ne s’en plaindra. Surtout pas le capitaine Charles Clau- det, pompier professionnel, qui dirige depuis 2011 le centre mortuacien dont les interven- tions n’ont cessé d’augmenter. La création d’un nouveau site était devenue incontournable : “De 850 à interventions lorsque je suis arrivé, nous sommes pas- sés à 1 100 en 2016 et déjà 1 200 en 2017” explique le capitaine. Avec la nouvelle caser- ne, tout ira plus vite. “Jusqu’à présent, nous sommes obligés de sta- tionner les véhicules les uns derrière les autres (faute de place). Si nous avons besoin d’un véhicule spécifique, nous sommes obligés de dépla- cer les autres. Avec ma nou- velle caserne, nous passerons moins de minutes dans le temps d’alerte. Et le départ sera plus sécurisé : lorsque nous descen- dons la rue de la Glapiney en hiver, nous craignons toujours les glissades des engins” préci- se le chef de la caserne. S’ils vont perdre la fameuse et symbolique barre permettant de descendre d’un étage à l’autre, les pompiers vont donc gagner en efficacité dans ce nou- veau lieu de plain-pied où la marche en avant est le maître- mot. Une fois l’alerte donnée, qu’il soit dans la nouvelle sal- le de restauration, de repos, ou de sport, le pompier ne revien- dra jamais en arrière. Une fois l’équipement enfilé, il sera - en quelques minutes – opération- nel. D’ici à l’hiver, le bâtiment sera mis hors d’eau et hors d’air. Il devrait être livré en avril 2018. Cet empla- cement favorise les secours vers Villers-le- Lac, Les Fins, le centre de Morteau. Les vil- lages de Montlebon, Les Gras, Grand’Combe-Chateleu seront éloignés de quelques minutes supplémentaires. “Nous avons dans ces villages deux centres de première intervention (C.P.I.) qui fonctionnent très bien” ras- sure Charles Claudet. Le mailla- ge du territoire est efficace. Avec ce nouvel espace, le Ser- vice départemental d’incendie et de secours (S.D.I.S.) espère recruter davantage. Il aspire à ce que naisse une “vraie” ambiance de caserne. Quant à l’ancien site rue de la Gla- piney, propriété de la Ville de Morteau, son avenir n’est pas encore connu. n E.Ch. € € C R A ’ D S E R È I N I P P É N O C I C - S U O S - PORTE ELPMEXESEUQLEUQ T Promo sur to uyas émera S OUVER S us les arbres ude CONIFÈRES PLANTS DE XIRPÀ B MA RF TES 2 9h 1 h UETCUDORP TUO h 2 1 -h0 1 m iD - T BRUYÈRES S RE I S IO / 1 R h 81 -h4 1 / eh cn a h8 1- h 4 9 mc051/mc041 :ruetuaH 02 , RÈINIPÉP 6 OIRNAHSE PLANTS DE ARBRES D’O ARBRES FR PETITS FRU FLEURS DE FLEURS VIV 1 R A ...SEÉSN TN E F FO H CA 4 AVAL E NRO’ D U B RG emè 6 H CA EP,SECA IASSUOT ST SREITI é UOS-CRA02552 T U HAIE RNEMENT I 5 TR SÉ T E E D N ,TN E M SERT S T IU TA SÉ T E NOCIC-S 7RUSSRUOJ7TREVUO 3409961830.lT Vue sur le promenoir de l’aile nord du cloître qui a été pro- longé dans l’aile sud et dessert aujourd’hui différentes salles. V A L D E M O R T E A U 10 Morteau Les pompiers attendent de pied ferme leur nouvelle caserne vice pour e ser e équipe à votr Notr Sylvie et Cécile , Julie , atrices Corinne collabor Jean-Paul BULLIARD & ses crédits... placement, ances, ats d’assur tous vos contr Ag n Gé ér o r o s a nd r nPr a Ax Agent général AXA BULLIARD aul Jean-P 12 rue Pasteur - 255 Agent Général - intermédiaire en opé MA 0 F. 0 T. 00 Morteau Agence ouverte du lundi matin au samedi midi. ration de banque N° orias 07 013 192 d@axa.fr agence.bulliar IL. 3 81 67 14 14 3 81 67 02 13 Le lieutenant Charles Claudet espère rentrer avec ses hommes dans la nouvelle caserne en avril prochain. Prévue en avril prochain, la livraison de la nouvelle caserne de Morteau offrira de meilleures conditions de préparation et d’intervention aux 65 soldats du feu mortuacien. Visite de chantier. Que naisse une vraie ambiance de caserne. Les travaux ont débuté en 2015.

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEwNjg=